Ateliers d'expression

L’objectif poursuivi dans le cadre des ateliers consiste à favoriser l’expression et la créativité. 

Les contenus diffèrent en fonction du public et des compétences en présence.

Les enfants et Les jeunes s’investissent, en fonction de leurs choix, dans les ateliers suivants :

 

Atelier Cuisine « A table ! »

  • Lieu d’intervention: Foyer de la Paroisse Protestante de Cronenbourg-Cité
  • Jours et heures: les mercredis de 14 h à 17h
  • Public concerné :      89 enfants et 15 jeunes, soit 46 garçons et 58 filles

                       pour un total de 897 heures de présence

  • Objectifs :
  • faire découvrir l’alimentation à travers une pluralité de saveurs
  • sensibiliser à l’hygiène et à la propreté
  • apprendre à travailler en équipe
  • Contenu et déroulement :

A table ! On mange ! La nature même de cet atelier attire bien des gourmands !

Les odeurs d’ici et d’ailleurs, qui parfument régulièrement l’atmosphère du foyer, mettent l’eau à la bouche des uns et des autres, bien avant qu’ils ne se mettent à table.

Trois aspects prévalent dans le choix des recettes : variété, rapidité et facilité.

La variété des productions permet aux enfants de découvrir la richesse d’une alimentation qui se partage autour d’une même table. Chaque participant a tout le loisir d’expérimenter et de découvrir que les plats d’ailleurs trouvent aisément grâce à son palais et conviennent parfaitement à son goût.

A petites doses, ils sont sensibilisés à la connaissance des ingrédients (origine, composition, utilisation, goût, manipulation, temps et mode de cuisson…), à la lecture des recettes et à leur mise en application à travers le calcul des proportions, à la notion de nutrition (repas équilibré, trop sucré, trop gras…), à la présentation des mets et à la décoration, à la connaissance des ustensiles et du vocabulaire culinaires… Dans ce sens, l’atelier de cuisine peut ressembler à certains égards à une sorte de bouillon de… culture !

Pour éviter que le menu ne soit trop indigeste, la mise en œuvre de règles d’organisation, d’hygiène et de sécurité est essentielle. Outre le fait de se laver les mains, les enfants sont invités à revêtir la panoplie du p’tit cuistot comportant tablier, gants et charlotte.

Tous ces préliminaires correspondent à la période de préchauffage nécessaire au bon déroulement des opérations.

Car la suite est essentiellement un travail en équipe. Attentifs aux consignes énoncées, les fins gourmets sont répartis dans différents postes en fonction des tâches à effectuer (mesurer, mélanger, malaxer…).

Chaque menu est le fruit d’une réalisation collective. Dans un contexte où les uns et les autres ont une tendance naturelle à faire leur propre cuisine, chacun est non seulement invité à  mettre la main à la pâte, mais encore à œuvrer en synergie avec l’ensemble de ses camarades.

La dégustation finale est alors la résultante d’une confection partagée autour d’une table ouverte, exempte de préjugés ou autres caricatures indigestes. Et les mets alors n’en sont que plus savoureux.

Le travail en équipe n’exclut pas que chaque cuistot en herbe puisse donner libre cours à son imagination et s’adonner à une cuisine créative.

Dans l’animation de l’atelier, il convient, à l’image de la cuisine, d’utiliser les bons ingrédients et de trouver le bon dosage. Ni trop sucré, ni trop salé, ni trop acide, mais un savant mélange en vue d’une animation équilibrée. Car de même qu’on ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs, on ne prépare pas une animation sans les ingrédients adéquats, et si l’appétit vient en mangeant, l’animation vient en animant et en… se formant !

S’il arrive que des séances soient un peu trop pimentées ou trop gratinées, il faut revoir les dosages et « mettre parfois du beurre dans les épinards. » Et quand de la cuisine monte une odeur de brûlé, il convient d’aérer et de se remettre aux fourneaux jusqu’à l’obtention d’un plat succulent et facile à digérer. Et alors seulement, il ne reste plus qu’à mettre la cerise sur le gâteau et à dire, en guise de rajout : « BON APPETIT ! »

  • Intervenantes : Afiwoa AGBEZO et Anna MULLER       

Atelier musique « Comm’un accord !»

  • Lieu d’intervention: Foyer de la Paroisse Protestante de Cronenbourg-Cité
  • Jours et heures: les mercredis de 14 h à 17h
  • Public concerné:     86 enfants et 10 jeunes, soit 40 garçons et 56 filles

                                       pour un total de 805 heures de présence

  • Objectifs :
    • initier des enfants et des jeunes à la musique et au chant
    • créer une composition commune
    • valoriser des potentialités inexplorées 

Contenu et déroulement :

Cet atelier est en quelque sorte un voyage musical qui, au rythme des séances, entraîne les participants à la découverte des mystères de la composition. Durant ce voyage, ils sont invités à s’imprégner des musiques du monde, à faire vibrer leurs cordes vocales et à faire danser l’écriture au fil des chansons.

L’ouverture à la dimension musicale constitue une véritable opportunité pour bon nombre de participants dont la difficulté d’accès à cette expression est réelle.

Les enfants et les jeunes sont issus de familles multiculturelles. Ce constat induit une clé permettant de jouer sur différents registres. Le défi à relever consiste à faire résonner des notes aussi différentes et à les inscrire sur une même partition, à accorder les violons et à se mettre au diapason.

Djembé, timbale, guitare, piano, maracas, basse, batterie, violon, derbouka… sont autant d’instruments qui sont « visités » durant l’année. Cette mixité de sonorités donne lieu à des échanges et permet de vérifier que la musique, non seulement « adoucit les mœurs », mais qu’elle crée des liens.

Dans le cadre du langage musical ils côtoient, à travers des approches ludiques, toute une gamme de notions telles que le solfège, la partition, la note, les sons aigu et grave, les cordes vocales, le rythme, le tempo, le temps fort, la portée musicale, la mélodie, l’accompagnement…

Au sein de l’atelier, les enfants et les jeunes ne sont pas de simples exécutants sous la direction d’un animateur chef d’orchestre, mais de véritable acteurs-auteurs-compositeurs d’une création  partagée. Si cette création sollicite la persévérance et la patience des uns et des autres, d’aucuns voulant parfois aller plus vite que la musique, elle permet d’expérimenter que chaque note a besoin de l’autre pour devenir mélodie et… mélodieuse ! Les acteurs comprennent qu’à l’image d’un orchestre, chaque instrument est à la fois important et dépendant des autres et que c’est la participation de tous qui confère à l’ensemble sa beauté.

Quand au bout de ce travail-plaisir paraît un CD, fruit d’une composition commune,  tous les acteurs sortent grandis de cette aventure musicale au cours de laquelle ils auront appris à accueillir et à partager, à recevoir et à donner, à être et à devenir, à vivre les uns avec les autres, à se respecter et à… s’apprécier ! Ils auront aussi appris à écouter la musique, à s’écouter les uns les autres, et à… s’écouter eux-mêmes !

Si durant le projet, la vie du groupe peut parfois souffrir de quelques fausses notes entraînant ça et là des formes de cacophonie, si les séances sont parfois ponctuées de silences, de pauses, de bémols, de murmures, de contretemps ou de « contre-chants », il n’en demeure pas moins que le cadre initialement posé à travers la mise en place d’une charte des artistes contribue à ce qui ressemble, au final, à une symphonie !

Et même si l’accord n’est pas parfait, même si les voix et les cœurs ne chantent pas toujours à l’unisson, force est de dire en conclusion : « EN AVANT LA MUSIQUE ! »

  • Intervenants : Lindsey HAOUARI et Dorothée OVAGA

Atelier danse « Et si l’on dansait ? »

  • Lieu d’intervention: Foyer de la Paroisse Protestante de Cronenbourg-Cité
  • Jours et heures: les mercredis de 14 h à 17h
  • Public concerné: 96 enfants et 14 jeunes, soit 58 garçons et 52 filles

                  pour un total de 869 heures de présence

  • Objectifs :
    • sensibiliser les enfants à la dimension rythmique
    • contribuer au développement de la personne dans sa relation à l’autre, à l’espace et au temps
    • renforcer la socialisation à travers une pratique collective
  • Contenu et déroulement :

Point n’est besoin d’insister particulièrement auprès des enfants pour les inviter à entrer dans la danse. Cette expression les attire d’autant plus que certains grandissent en évoluant au rythme des différentes musiques véhiculées par leur entourage.

De la danse hiphop à la danse orientale ou arabo-andalouse, en passant par la salsa, le jump, le stepping et autres tektonik ou danses folkloriques, ils apprennent à évoluer en étant branchés sur les ondes musicales distillées au sein de leur quartier au fil du temps, des saisons et des origines culturelles. Et puis, à l’instar des célébrités qui sont au zénith de leur art, ils cherchent, pour bon nombre d’entre eux, à être dans le tempo, « dans le move » !

Tous ces préliminaires n’induisent cependant pas qu’à leur arrivée au sein de l’atelier, les enfants ont tous le rythme… dans la peau ! Ce constat amène l’animateur à travailler à plusieurs niveaux. Danser en cadence fait appel à la fois à la concentration, à l’écoute et à la mémorisation.

 Au fil des séances, on constate que les enfants-danseurs progressent individuellement et collectivement, que leurs pas sont de plus en plus  assurés et leurs évolutions plus synchronisées. Et petit à petit, pas à pas, ce sont les enfants qui impriment la cadence et deviennent les acteurs principaux de la mise en place d’une chorégraphie au sein de laquelle sont prônés des valeurs telles que le don de soi, la générosité et l’esprit d’entraide. Et l’on voit alors s’élaborer une danse partagée, où chacun trouve sa place au sein d’un cadre général  bien loin de toute forme de médiatisation.

Car au sein de l’atelier, l’objectif ne consiste pas à se mettre en recherche d’une « nouvelle star ».  Au sein de l’atelier, la « star », c’est le groupe !

Certes, durant l’année, il y a bien quelques faux pas et autres pirouettes quand il s’agit d’emboîter le pas aux autres danseurs ou d’exécuter l’une ou l’autre figure imposée en vue d’obtenir une harmonie gestuelle. Parfois les uns et les autres ne savent plus sur quel pied danser ou sont tout simplement enclin à faire, plutôt qu’à danser la… java ! Leurs évolutions ressemblent alors à des soubresauts.

Mais le résultat final s’apparente davantage à une sorte de farandole ou de chaine qu’à un ensemble de solistes au sein duquel chacun exécute sa propre figure de style.

Les différents groupes ne font pas que danser en se prenant par la main ou danser « tout en rond » en cercle fermé. Ils apprécient  la danse qui se partage et s’exporte dans le cadre de manifestations festives organisées par des partenaires du quartier et au-delà. A ces occasions, ils expérimentent que la danse contribue à l’établissement de ponts et de passerelles.

Au final, les enfants apprennent à danser ensemble, dans le respect de l’autre et des règles énoncées au début de l’année. Ils apprennent à danser non seulement sur tel ou tel style de musique, mais aussi à  être heureux ensemble et à être bien dans… leurs pompes !

Ils apprennent à danser la vie et continuent à s’inviter mutuellement à être partenaires pour les danses à-venir. Il ne s’agit pas de danses imposées, mais d’une invitation ouverte qui épouse la formulation habituelle, à savoir : « VOULEZ-VOUS DANSER AVEC MOI ? »

  • Intervenants : Thanh NGO

 

Atelier expression manuelle « Les mains et la tête ! »

  • Lieu d’intervention: Foyer de la Paroisse Protestante de Cronenbourg-Cité
  • Jours et heures: les mercredis de 14 h à 17h
  • Public concerné: 108 enfants et 20 jeunes, soit 57 garçons et 71 filles

                                      pour un total de 1 036 heures de présence

  • Objectifs :
    • expérimenter diverses formes d’expression manuelle
    • exercer le regard et l’habileté manuelle
    • traverser les différentes étapes conduisant à la réalisation d’un objet

  • Contenu et déroulement :

La palette propositionnelle qui est faite aux participants incite les uns et les autres à mettre joyeusement la main à la pâte.

Les « p’tits bricoleurs » s’essaient à toute sorte de matières et expérimentent une variété de techniques. Bois, tissu, argile, papier, carton ou autres colle et gouache passent entre leurs mains et aiguisent leur dextérité.

Au fil des objets à confectionner et à force de mettre le cœur à l’ouvrage, des gestes mal assurés sont corrigés et deviennent plus sûrs.

Des mains crispées, voire des poings, se transforment en mains ouvertes et en capacité  de construire. Il arrive parfois que d’aucuns, ne levant pas même le petit doigt, se métamorphosent en artistes aux doigts de fées. Et au fur et à mesure, les différents outils  s’exécutent de plus en plus docilement sous le regard attentif des participants.

Le développement de l’habilité manuelle et la maîtrise des outils participent de la construction des aptitudes intellectuelles et motrices des enfants. Ils contribuent au développement des facultés créatives, artisanales, manuelles et artistiques. Ils amènent les enfants à observer et à imaginer, à comprendre et à expérimenter. Ils sensibilisent ces derniers à la dimension esthétique, un aspect non négligeable eu égard à l’environnement dans lequel évoluent la plupart d’entre eux.

A l’image des outils qui passent de mains en mains, les enfants et les jeunes sont invités à travailler en équipe. Certaines réalisations nécessitent un véritable travail à la chaîne où chaque maillon devient essentiel dans l’optique d’une construction commune. Au sein des ouvrages collectifs, chacun est appelé à s’atteler à sa tâche et à s’y tenir. Dans un contexte général où l’on zappe rapidement et où l’on veut tout et tout de suite, ils apprennent à travailler par étapes.

Respect de soi, de l’autre et du travail accompli, collaboration et esprit d’entraide, persévérance et confiance en soi sont autant de valeurs prégnantes au sein d’un atelier qui devient alors plus qu’une simple école de loisirs où l’on choisit et où l’on vient à cause de la convivialité et de l’ambiance qui y règnent. Au-delà du plaisir d’être ensemble, les participants accèdent au plaisir de participer à une activité qui allie des dimensions liées à la fois à l’apprentissage, à la pédagogie et à l’éducation.

L’atelier contribue aussi à l’expression orale. Certains enfants et jeunes en ont déjà vu de toutes les couleurs. Ils savent ce qu’est une parole étouffée et la souffrance qu’elle peut engendrer. Ils savent que s’exprimer est une nécessité vitale, mais ils n’ont pas pris l’habitude d’user de la parole. Il incombe alors à l’animateur de tendre l’oreille et d’entendre le non-dit. Il lui appartient de trouver les mots justes, encourageants et visant à la construction de tout un chacun.

Et ce qui, à l’origine, peut apparaitre comme une simple activité occupationnelle, un petit bricolage pouvant contribuer au mieux, à travers la création d’objets et de dessins, à décorer les murs de la structure d’accueil, devient alors un bri-collage, un collage de bris, de cassures, de ruptures et de traumatismes en tous genres.

Car certains ont pris l’habitude de travailler avec le rabot plutôt qu’avec la lime, avec la masse plutôt qu’avec le marteau, avec la pince plutôt qu’avec des « pincettes » ou, à l’image de la scie, en usant d’un certain mordant dans les relations. Ils apprennent alors à affiner leur perception et à arrondir les angles. Ceux qui ont appris à se mélanger les pinceaux ou à faire des mélanges détonants découvrent, qu’à l’image de la composition des groupes, les mélanges multicolores sont préférables aux couleurs unicolores et peuvent devenir couleurs-alliance, couleurs arc-en-ciel. Et alors, à l’image de certaines fractures, on assiste à des réductions de bris.

 Et pour que la colle tienne, la patience, la vigilance et la compétence de l’animateur nécessitent d’être affûtées en permanence. C’est peut-être à ce prix-là que la colle tiendra !

Alors, « A VOS OUTILS ! »

  • Intervenants : Mélanie BOISGARD et Jean-François MOLINA

Atelier d’expression sportive « A vos baskets ! »

  • Lieu d’intervention: Gymnase Langevin
  • Jours et heures:
    • les lundis de 17h15 à 20h
    • les mardis de 17h15 à 20h
    • les mercredis de 17h à 20h
    • les vendredis de 17h15 à 20h
  • Public concerné:

                En semaine (hors mercredi) : 111 enfants et 79 jeunes, soit 121 garçons et 69 filles

                               pour un total de 2 361 heures de présence

                Le mercredi : 80 enfants et 19 jeunes, soit 65 garçons et 34 filles

                               pour un total de 1 212 heures de présence

AU TOTAL : 191 enfants et 98  jeunes, soit 186 garçons et 103 filles  pour un total de 3 573 heures de présence

  • Objectifs :
    • initier à la pratique du football
    • sensibiliser au respect mutuel
    • favoriser le jeu collectif
    • ouvrir le groupe à des réalités extérieures
  • Contenu et déroulement :

Cet atelier comporte un réel attrait pour bon nombre de jeunes footballeurs en herbe du quartier de Cronenbourg et… d’ailleurs !

 Ils rêvent tous qu’un jour ou l’autre, ils fouleront les  pelouses  de la ligue 1 aux côtés des grands noms du football national, voire international.

 Cet espoir leur paraît d’autant plus à portée de… pieds que l’un ou l’autre de leurs aînés a réussi à franchir les différentes étapes conduisant à évoluer dans le milieu professionnel.

S’il n’est pas question de briser quelque rêve que ce soit, l’ambition poursuivie est évidemment bien plus modeste ! Elle consiste plutôt  à profiter de cet engouement pour le ballon rond pour inviter les uns et les autres à fréquenter une sorte d’école du football où l’on apprend essentiellement à évoluer dans le respect des règles dévolues à ce jeu, et par extension, à vivre ensemble au quotidien.

Il s’agit là d’un véritable challenge, à la hauteur des espoirs entretenus par les jeunes. Car, à l’image de ce qu’ils voient ou entendent autour d’eux et devant leur écran de télévision, ils apprennent vite à imiter leurs aînés et à enfreindre les règles, à discuter les décisions arbitrales, à proposer des aménagements ou des… arrangements !

Le respect des règles s’inscrit dans le cadre plus large d’une charte présentée à l’inscription, lors de la signature du contrat, en amont du coup d’envoi de la saison scolaire.

La plupart des enfants et des jeunes se prennent au jeu et se plient sans rechigner aux exercices préliminaires d’échauffement à base de petites courses et d’étirements.

Que ce soit à domicile ou à l’occasion de déplacements dans le cadre d’interventions extérieures, la notion de respect  figure  toujours sur la feuille de match et au cœur des débats. C’est à ce prix-là que le jeu en vaut la chandelle !

A part quelques tacles trop appuyés, l’une ou l’autre tentative de débordement ou encore quelques feintes, correspondant à des écarts de langage et de comportement ou à des tricheries et autres essais pour contourner les règles énoncées, les attitudes défaitistes sont rares.

Dans l’ensemble, il convient davantage de relever quelques victoires significatives remportées collectivement ou individuellement :

    • sur l’esprit de compétition qui discute, critique, remet sans cesse en cause les décisions de l’arbitre, dénigre les adversaires et les… partenaires pour gagner un match à tout et à n’importe quel prix !
    • sur l’esprit d’individualisme qui a une fâcheuse tendance à vouloir monopoliser le ballon pour finalement le perdre et se perdre dans des dribbles sans fin au lieu d’aller droit au but !
    • sur l’esprit de résignation qui baisse les bras au moindre coup dur au lieu de persévérer et d’aller jusqu’au bout des efforts !

Loin des enjeux et de tout esprit de compétition, l’atelier est une invitation en vue de pratiquer un jeu qui procure avant tout du plaisir, en étant conscient que l’essentiel est d’y participer. Cette invitation s’adresse à la fois au technicien hors pair et à celui qui a les  pieds … carrés ! L’on préfèrera alors un score de parité à une victoire qui écrase l’autre, quitte à ce que le score ne reflète pas la physionomie de la partie.

Car les uns et les autres sont avant tout appelés à vivre sur et en dehors des terrains de football               un… « BON MATCH ! »

  • Intervenants : Richmond BOATENG et Jordy MAVAMBU

Atelier lecture  « Entre les lignes ! »

  • Lieu d’intervention: Foyer de la Paroisse Protestante de Cronenbourg-Cité
  • Jours et heures:  
    • les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 17h15 à 18h
    • les mercredis de 17h à 18h.
  • Public concerné:

                En semaine (hors mercredi) : 268 enfants, soit 139 garçons et 129 filles

                               pour un total de 3 553 heures de présence

                Le mercredi : 123 enfants et 30 jeunes, soit 81 garçons et 72 filles

                               pour un total de 1 130 heures de présence

AU TOTAL : 391 enfants et 30 jeunes, soit 220 garçons et 201 filles                                                    pour un total de 4 683 heures de présence

  • Objectifs :
    • susciter chez l’enfant le goût de lire (pour la lecture)
    • partir à la découverte de nouveaux horizons
    • développer l’imaginaire des participants
    • aider l’enfant à prendre ou à reprendre confiance en lui

  • Contenu et déroulement :

L’atelier se situe dans un contexte global où la place du livre est quelque peu dévalorisée par rapport à l’omniprésence de la télévision, considérée pourtant par d’aucuns comme une sorte de « lucarne » à distiller pas mal de … « bêtises » !

Le livre n’étant pas toujours une référence et ne devenant que rarement livre de chevet, certains enfants rencontrent tout naturellement des difficultés dans la maîtrise de la lecture.

Là où, pour certains, la lecture représente avant tout un devoir ou un exercice, l’approche préconisée dans ce cadre vise essentiellement une lecture-plaisir.

Au travers d’expressions ludiques, les lecteurs sont conduits à vivre une aventure qui les entraîne dans un véritable émerveillement.

Pour aiguiser leur curiosité, les enfants sont invités à fréquenter la bibliothèque du quartier.

Les séances sont rythmées par l’écoute d’une histoire, suivie d’animations et de jeux permettant d’apprivoiser l’objet « livre ».

Certains participants apprennent, au fil de ces séances, à dévorer littéralement la matière livresque, présentée sous forme de livres, d’albums ou encore de bandes dessinées. D’autres se contentent de portions plus congrues et goûtent moins goulûment la matière proposée.

Que ce soit avec avidité ou avec modération, tous expérimentent que lire peut rimer tour à tour avec plaisir, découvrir, choisir, finir…

Ils apprennent à lire entre les lignes, et par-delà les mots, à lire ensemble. Ils apprivoisent certains mots-clés en lettres majuscules et, au fil des séances, conjuguent au présent les verbes qui s’y rapportent.

Ainsi, ils découvrent le sens et épèlent des mots qui rejoignent les grands paragraphes de la vie quotidienne et qui s’intitulent écoute, partage, respect…

Ils réalisent qu’un trait d’union peut relier à la fois des mots et des personnes. Au fil des textes choisis, ils ont l’occasion de s’interroger, de s’apostropher et de s’exclamer !

Dans le cadre de cet atelier, il incombe à l’animateur d’apprendre à lire et à décrypter, fut-ce en balbutiant, les attitudes, les paroles et les comportements des enfants. Il apprend à affiner sa propre lecture en vue de dispenser une animation de qualité qui procure aux uns et aux autres une véritable joie de lire.

Au sein de l’atelier, la lecture ne se termine jamais par un point, mais plutôt par une virgule, un point  d’interrogation ou encore un point de suspension. Alors, en attendant de nouveaux chapitres à parcourir, « BONNE LECTURE ! »

Intervenants  Afiwa AGBEZO, Mohamed BERRADI, Lindsey HAOUARI, Cyrus HASHEMIZADEH, Olivier LENTZ, Rochelle LOVIAGUINE, Stéphane MOMO TSOBGNY JOUAKA, Dorothée OVAGA, Gunay YEL

 

Atelier jeux « Du je(u) au nous !»

  • Lieu d’intervention: Foyer de la Paroisse Protestante de Cronenbourg-Cité
  • Jours et heures: les mercredis de 14 h à 17h              
  • Public concerné:    
    • Atelier de jeux de société : 104 enfants et 17 jeunes, soit 83 garçons et 38 filles

                                                       pour un total de 892 heures de présence

    • Atelier de jeux divers: 122 enfants et 23 jeunes, soit 84 garçons et 61 filles

                                            pour un total de 1 090 heures de présence

  • Objectifs :
    • sensibiliser les participants à divers types de jeux
    • apprendre à jouer ensemble
  • Contenu et déroulement :

D’entrée de jeu, il convient de relever qu’il s’agit d’un atelier qui fait l’unanimité car le jeu, en tant que source de plaisir et de divertissement, recueille l’assentiment de tout à chacun. Les uns et les autres se prennent volontiers au jeu d’une activité dont la tonalité ludique figure au cœur même de l’intitulé.

Jouer oui, mais à quoi ? Le jeu peut se décliner selon diverses catégories : jeux sportifs, jeux d’adresse, jeux de hasard et de stratégie, jeux d’expression et de communication, jeux d’observation et de connaissance, jeux d’opposition et de coopération… A cela, il convient d’ajouter que les modalités de mise en œuvre peuvent elles-mêmes faire l’objet de modifications, d’ajouts, de variantes et de transpositions. En outre, les divergences culturelles en présence offrent un potentiel de découvertes extraordinaires. Les joueurs sont ainsi invités à explorer des jeux d’ici et d’ailleurs et font en quelque sorte le tour du monde en jeux. Cette diversité de propositions ne peut que réjouir les différents participants qui piaffent d’impatience et attendent fébrilement le : « A vous de jouer ! ». Une fois le départ donné, chacun va chercher à tirer son épingle du jeu.

L’on voit alors émerger autour de la table divers comportements ou attitudes et l’on repère, à l’image de la multiplicité des jeux, différents types de joueurs. Cela va du gagnant qui cherche à l’emporter à tout prix au perdant qui cède devant la moindre difficulté, en passant par le réfractaire qui a du mal à se plier aux règles du jeu et qui cherche sans cesse à les contourner, voire à les enfreindre. Le conciliant est en quête constante d’un arrangement à l’amiable. Il joue avant tout pour le plaisir et intègre le fait que « ce n’est qu’un jeu ».

Car s’il est des mauvais joueurs ou des tricheurs, il en est aussi qui sont non seulement bons, mais beaux joueurs. S’il en est qui savent jouer de vilains tours et qui vont jusqu’à jouer des coudes ou avec… le feu, d’autres jouent franc jeu et parfois, au plus fin, et se révèlent en véritables stratèges, en fins tacticiens et en redoutables négociateurs. Certains encore passent maîtres dans l’art de cacher leur jeu ! 

Si le jeu est adaptable, transposable et transportable, il est aussi fédérateur,  car susceptible d’unir plusieurs joueurs dans une même activité. Les participants apprennent à jouer à, à jouer avec et à jouer ensemble. Ils découvrent des jeux coopératifs dont l’intérêt ne consiste pas simplement à trouver un gagnant et un perdant, mais à susciter l’entraide et la solidarité, à développer la communication, la concertation, la collaboration et le vivre ensemble. L’on privilégie alors le fait que les uns sont avec les autres, plutôt que les uns contre les autres ou chacun pour soi.

Au sein de l’atelier, les participants découvrent, au fil des séances, que tout le monde gagne à jouer comme il faut, dans le respect des règles énoncées, car les règles donnent un cadre au jeu. Implicitement, elles invitent les joueurs à entrer dans un monde plus large, lui-même constitué de règles à respecter. Les participants découvrent finalement qu’à ce jeu-là, tout le monde est gagnant ! Ils découvrent qu’au-delà de l’aspect ludique, il peut y avoir des enjeux éducatifs et citoyens.

Au cœur de ces enjeux, la place de l’animateur n’est pas sans importance. Ses modes d’interventions fluctuent entre le « laisser jouer », le « donner à jouer », le  « faire jouer » et le « jouer avec ». Ces quelques considérations montrent que cet atelier est en définitive plus qu’un simple… jeu d’enfant !

Partant de là, « QUE LE JEU CONTINUE ! »

  • Intervenants : Cyrus HASHEMIZADEH et Gunay YEL

* Les données ci-dessus sont extraites du « Rapport d’activité 2017 »

Fermer le menu